Recherches contemporaines en anthropologie : des circulations en question(s)

Damas Porcena, sans titre, (détail) 2014

Séminaire/webinaire coordonné par Maud Laëthier et Julien Mallet.

Université Paris-Cité Place Paul Ricœur 75013 Paris, Bâtiment Olympe-de-Gouges, plan d’accès.

1er lundi du mois (sauf exception, voir calendrier des séances)

14h-16h Salle 117 ou 126 cf. programme

Lien visio :

Ce séminaire interroge diverses formes de circulation culturelles, passées et contemporaines, contraintes ou choisies, liées à des savoirs, des technologies de diffusion et/ou des phénomènes de migration. Les années précédentes, partant de différents « terrains », nous avons précisé certains repères théoriques, issus d’une anthropologie historique et politique des formes de mobilités. La réflexion a éclairé des processus de transformation et de réinvention façonnés par des circulations inscrites dans une approche globale de « scènes ». La construction sociale de la notion de « race », interrogée sous l’angle des logiques multiples et mutuelles en fonction desquelles se tissent le « local » et du « global », a retenu notre attention. Nous avons mené la réflexion à partir des processus de politisation des identités et/ou de certaines formes de pouvoir qui y sont rattachées. Nous nous sommes intéressés aux dynamiques par lesquelles un sens politique est donné à des identités individuelles et des identités collectives. Partant d’éclairages ethnographiques divers, nous avons étudié les articulations entre ces identités qui, alternativement ou simultanément, puisent dans le « local » et le « global » en même temps qu’elles les façonnent. L’élaboration de subjectivités, issues d’identités sociales et ethniques intériorisées, a permis de lier différentes échelles d’analyse : celle des territoires politiques, celle des lieux de vie, celles des chemins de la migration. Il s’est agi, plus largement, de nourrir une analyse sur les liens qu’entretiennent circulations, pouvoirs et appartenances.

2022-2023

Glocal (t)races III

Cette année, nous prolongerons la réflexion en explorant les déclinaisons de la notion de « trace ». Nous mettrons en regard archives et mémoires performées ; l’objectif est de questionner les écritures /mises en scène de l’autre, de soi ainsi que la construction des savoirs. Ce qui se joue dans la transmission de repères, de témoignages, de récits selon/contre une connaissance dite historique ou par des mémoires orales et en actes sera au centre de notre attention.

Calendrier des séances

(Pour la formation doctorale uniquement : chaque séance peut être suivie/validée de façon autonome. Pour les M2 : une présence à toutes les séances est obligatoire afin de valider l’enseignement)

7 novembre 2022, salle 117

  • Nicolas Prevot (LESC CREM, Université Paris Nanterre)
  • Musiques du monde, monde de Nanterre : parcours de vie, entre archives filmées et mémoires performées.

5 décembre 2022, salle 126

  • Alexandra de Heering (Collaboratrice scientifique, HiSI, UNamur, Belgique)
  • Travailler sur et autour de la photographie privée en Inde du Sud pour questionner les identités subalternes.

16 janvier 2023, salle 117 à confirmer

  • Sarah Frioux-Salgas (Musée du quai Branly)
  • à confirmer

6 février 2023, salle 117 à confirmer

  • Elina Djebbari (LESC CREM, Université Paris Nanterre)
  • Transpolitanisme et salsa en Afrique de l’Ouest : performer les traces de soi, transcender les appartenances.

6 mars 2023, salle 117 à confirmer

  • Sarah Andrieu (Université Côte d’Azur)
  • Dialogues créatifs avec le passé pour performer l’Afrique autrement. Récits, parcours, démarches de chorégraphes burkinabè

3 avril 2023, salle 117 à confirmer

  • Charlotte Grabli (IMAF)
  • Traces d’une région musicale: mobilités et musiques sur la côte de l’Angola aux Congo.