À la une>Ouvrages

Cuba-Haïti : engager l’anthropologie. Anthologie critique et histoire comparée (1884-1959)

  • Ouvrage publié aux éditions du CIDIHCA, sous la direction de Kali Argyriadis, Emma Gobin, Maud Laëthier, Niurka Núñez González et Jhon Picard Byron.
  • Éditions du Centre International de Documentation et d’Information Haïtienne Caribéenne et Afro-Canadienne, Montréal, 2020
  • ISBN : 978-2-89454-411-2
  • Préface de Michèle Duvivier Pierre-Louis
  • Format 6*9 pouces, 676 pages
  • Prix : 40 euros

Éditions du CIDIHCA France
126 avenue de Versailles
75016 Paris France
Contact : isabellebohard@gmail.com
http://www.cidihcafrance.com

4e de couverture : Comment les théories raciales d’un Arthur de Gobineau ou d’un Paul Broca ont-elles été discutées en Haïti et à Cuba à la fin du XIXe siècle ? Qu’en a-t-il été, plus tard, des réflexions d’un W.E.B. DuBois sur la condition « noire », des idées d’un Léo Frobenius sur « l’âme des peuples » ou du culturalisme d’un Melville J. Herskovits ? À quelles propositions originales ces débats ont-ils donné lieu et comment ont-ils dialogué avec des courants comme l’indigénisme, l’afro-cubanisme ou encore la négritude ?Quelles influences ont-ils exercé sur les constructions nationales haïtienne et cubaine ? Telles sont quelques-unes des questions que cette anthologie aborde à partir de la présentation critique et comparée de textes-clefs qui relèvent d’une période inaugurale pour l’anthropologie en Haïti et à Cuba. Elle propose pour ce faire un dialogue inédit avec Louis-Joseph Janvier, Antonio Bachiller y Morales, Anténor Firmin, Rafael Serra, Justin-Chrysostome Dorsainville, Israel Castellanos, Jean Price-Mars, Fernando Ortiz, Pablo de la Torriente Brau, Jacques Roumain, Lydia Cabrera et Odette Mennesson-Rigaud. Des années 1880 aux années 1950, au fil des événements qui affectent Haïti et Cuba, histoire de la discipline et histoire des idées politiques sont saisies dans leurs effets réciproques. À mesure que l’ouvrage revisite un pan du récit de l’émergence de ces anthropologies méconnues, il éclaire ainsi la pluralité des liens entre sciences sociales et engagement. S’efforçant d’accompagner le renouveau actuel de la discipline dans ces deux pays, il convie les lecteurs à suivre des chemins qui révèlent combien, entre universalisme et particularisme, entre réflexions sur l’identité et l’altérité, l’anthropologie n’a cessé de questionner, voire de façonner, ces sociétés.

Kali Argyriadis est chargée de recherche en anthropologie à l’Institut de recherches pour le développement (France), Emma Gobin est maîtresse de conférences en anthropologie à l’Université Paris 8 – Vincennes-Saint-Denis, Maud Laëthier est chargée de recherche en anthropologie à l’Institut de recherches pour le développement (France), Niurka Núñez González est anthropologue et chercheuse à l’Institut Cubain d’Investigations Culturelles Juan Marinello (Cuba), Jhon P. Byron est professeur d’anthropologie à la faculté d’ethnologie de l’Université d’État d’Haïti.