À la une>Groupe "Le genre comme catégorie d’analyse"

Contrat doctoral Genre, Migrations et Santé

Pour information et diffusion dans vos réseaux, une offre d’emploi pour un contrat doctoral CNRS à l’Urmis (site de Nice) portant sur les questions des modifications génitales féminines et altérités : https://emploi.cnrs.fr/Offres/Doctorant/UMR8245-MARLES-001/Default.aspx


Informations générales

  • Référence : UMR8245-MARLES-001
  • Lieu de travail : NICE
  • Date de publication : lundi 27 mai 2019
  • Nom du responsable scientifique : Marie Lesclingand et Elisabeth Cunin
  • Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
  • Durée du contrat : 36 mois
  • Date de début de la thèse : 1 octobre 2019
  • Quotité de travail : Temps complet
  • Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Modifications génitales féminines et altérités.
Les pratiques de marquage des corps sexués ont une longue histoire et existent dans de nombreuses et diverses sociétés. Dans un monde actuel globalisé, d’anciennes pratiques perçues comme « traditionnelles » co-existent avec des interventions chirurgicales « modernes » liées au développement des biotechnologies. Si les premières sont largement appréhendées par les pouvoirs publics et les organismes internationaux comme des formes de violences de genre et d’atteinte aux droits fondamentaux, les secondes sont plutôt appréhendées comme répondant à des choix individuels et d’embellissement des corps. À ce titre, les modifications des organes génitaux, sont particulièrement emblématiques de ces représentations inversées : ainsi les pratiques d’excision associées à des femmes marquées par leur origine ethnique sont qualifiées de « mutilations » tandis que les chirurgies sexuelles cosmétiques – équivalentes d’un point de vue anatomique – sont perçues comme des actes d’émancipation réalisées sur des femmes non altérisées. L’approche strictement féministe qui a longtemps prévalu dans l’analyse des modifications corporelles genrées doit ici être mise en perspective avec d’autres approches prenant notamment en compte l’origine ethnique et sociale, les contextes historiques, sociaux et culturels. Cette approche permettra d’interroger les termes de comparabilité entre différentes pratiques perçues comme opposées et qui pourtant appellent à des questionnements similaires : en termes de droits humains et de droits à la santé, de rapports de genre, de médicalisation de la sexualité et du corps féminin, de santé sexuelle. Ces pratiques soulèvent également des questions éthiques et juridiques dans le monde médical et dans les sociétés occidentales plurielles. Ces questionnements ont émergé dans la littérature anglophone depuis une petite décennie mais sont encore peu visibles dans la littérature francophone. Il est attendu que le projet de thèse s’inscrive dans cette approche globale en analysant différentes pratiques de modifications des organes génitaux féminins (excision, réhabilitation clitoridienne, reconstruction de l’hymen, chirurgies sexuelles de réassignation…). Une approche méthodologique mixte, avec la production et l’analyse de données quantitatives et qualitatives, sera particulièrement appréciée.

Contexte de travail

Le·a doctorant·e sera accueillie dans l’Unité de Recherche Migrations et Sociétés (URMIS) sur le site de Nice. L’URMIS est une unité de recherche mixte regroupant des chercheuses et chercheurs issues de différentes disciplines (sociologie-démographie, anthropologie, science politique, histoire) et relevant de plusieurs institutions : CNRS, IRD, Université de Nice et Université Paris Diderot. L’URMIS est un laboratoire spécialisé dans l’étude des processus de (re)définition des frontières sociales et des rapports de pouvoir mis en jeu par les migrations humaines. Dans le cadre de ses recherches doctorales, le·a doctorant·e sera amené·e à intégrer un ou plusieurs groupes de recherche, et notamment le groupe de recherche Genre qui rassemble des chercheur·ses de l’Urmis utilisant le genre comme catégorie d’analyse en articulation avec d’autres rapports sociaux, comme ceux liés à l’origine ethnique et à l’origine sociale. À l’université Côte d’Azur, le·a doctorant·e sera rattachée à l’école doctorale « Sociétés, Humanités, Arts et Lettres » (SHAL) qui propose des formations pluri-disciplinaires sous forme de conférences et d’ateliers méthodologiques.

Informations complémentaires

Il est attendu que le·a candidat·e ait reçu une formation initiale dans une discipline relevant du domaine des sciences sociales (notamment en sociologie, démographie ou anthropologie) avec, de préférence, une maitrise des outils méthodologiques d’enquête et de traitement de données tant quantitatives que qualitatives.

Pour candidater : https://emploi.cnrs.fr/Offres/Doctorant/UMR8245-MARLES-001/Default.aspx